› Accueil › Voir les écoprojets › Les écoprojets financés › Tortue sillonnée

Tortue sillonnée, Sénégal

financed on the 15.10.2013

Fiche projet

Reserve du Ferlo
Régénération
Parc National du Banc d'Arguin
12.03.2015

1903 €

sur 1900 € pour objectif
100%

De quoi s'agit-il ?

La dernière région où vit encore la tortue sillonnée (Centrochelys sulcata) à l’état sauvage au Sénégal est le Ferlo, au Nord Est du pays. La tortue a un rôle écologique primordial dans cette région difficile et inhospitalière : par exemple, pour faire face aux chaleurs accablantes (jusqu’à 48°C à l’ombre) et pallier le manque d’eau pendant les 6 à 8 mois de la saison sèche, la tortue sillonnée creuse d’immenses terriers dans lesquelles elle va trouver ombre, fraîcheur et humidité. Tous les autres animaux de la brousse, du papillon au chacal, utilisent ensuite les terriers délaissés par la tortue pour s’abriter pendant les heures les plus chaudes de la journée.

La tortue sillonnée participe aussi à la dissémination de nombreuses graines. Herbivore très opportuniste, elle va consommer une grande quantité de végétaux différents et rejeter dans ses fèces les graines non digérées qui vont pouvoir germer loin de la plante mère. Mais la tortue sillonnée est menacée. Ses populations sont trop petites et trop espacées les unes les autres pour avoir une chance de se croiser et de perpétuer l’espèce. De plus, l’impact toujours plus négatif des activités humaines sur le Sahel aggrave la situation fragile des tortues: désertification, surpâturage, destruction de son habitat et ramassage pour la vente illégale d’animaux exotiques.

Nos champions ont donc décidé d’agir. Depuis 2006, à travers le programme SOS Sulcata, ils ont veillé à la naissance et à l’élevage de 24 tortues dans un centre d’élevage et de sensibilisation près de Dakar, le Village des tortues de Noflaye. Elles ont ensuite été relâchées dans le milieu naturel du Ferlo. Après 6 ans de vie sauvage dans le Sahel, 80% de la population relâchée est encore en vie et présente les mêmes comportements que les populations sauvages !
Afin de compléter le premier groupe, un deuxième a été réintroduit sur le même site en juin 2011. 12 nouvelles venues ont donc découvert les difficultés de la vie sauvage. Le même protocole scientifique strict qu’en 2006 a été utilisé: sélection et quarantaine de plusieurs mois au village des tortues de Noflaye, tests génétique et sanitaire, alimentation, apport en eau et visites strictement contrôlés afin que ces tortues soient prêtes pour « l’aventure ». Et comme pour le premier groupe, ces 12 tortues ont chacune été équipée d’un émetteur. Un suivi régulier peut ainsi être réalisé et l’équipe surveille la bonne adaptation de chaque individu.

Pour cela, une équipe composée de deux ou trois personnes doit parcourir quotidiennement la brousse sénégalaise pour observer les comportements et le bon état général de chaque animal relâché. C’est l’occasion aussi d’observer quotidiennement leur environnement et de surveiller la première population réintroduite en 2006. C’est lors de ce suivi quotidien que les premiers bébés issus du premier lot de tortues réintroduites ont été découverts. Cette excellente nouvelle confirme une fois encore l’intérêt de l’action dans la stratégie de conservation de la tortue sillonnée.

Les impacts attendus de ce projet sont multiples. Tout d’abord, il permet de répondre rapidement au problème de la diminution alarmante des populations sauvages de tortues dans cette région du Sahel par un renfort des populations. La découverte de plusieurs bébés est un résultat concret extrêmement prometteur.
Ensuite, il permet de conscientiser la population locale sur l’intérêt de la conservation de la biodiversité. En effet, l’équipe sur place travaille et vit au quotidien avec la population locale qui s’implique de plus en plus dans ce projet.

Couplée aux projets « Concours génie en herbe » et « Sortie nature » le projet de l’réintroduction et du suivi des tortues dans le Ferlo permettra d’éviter la disparition totale de cette espèce au Sénégal.


Le champion local qui permet aux tortues de retrouver la vie sauvage, c’est Lamine Diagne. Sans ce passionné de tortues, rien ne serait possible. Responsable animalier au village des tortues, il veille au quotidien sur ses protégées et s’assure de la bonne gestion de l’équipe et du projet.

Concrètement, il s’assure du bon fonctionnement quotidien du village des tortues et veille à la santé et au bien-être des tortues hébergées. La sensibilisation des sénégalais et la négociation avec les autorités font également parti de son quotidien. Gestion des stocks alimentaires ou médicaux, soins, rencontre avec le public et avec les enfants du village font partis de ses tâches ordinaires. Sur le site de réintroduction, dans le Ferlo, il a un rôle de négociateur très important puisqu’il sert de relais entre chaque partie. Il est désormais reconnu à Ranérou pour ses connaissances sur les tortues et sa motivation communicative. Il permet également le relais entre le village des tortues de Noflaye, situé à environ 30 km de Dakar et le site de réintroduction dans le Ferlo à environ 600km au Nord-est de la capitale.

Comment votre don nous permettra d'agir ?

Votre don nous permettra d’aménager « La maison des amis des tortues ». Elle a été construite en 2005 à environ 1h de route du site de réintroduction, pour devenir un lieu de rencontre pour la population locale et un centre de sensibilisation à l’environnement.
C’est également le lieu de vie et du ravitaillement de l’équipe du projet sur place (une volontaire française et un pisteur local, seul employé par le projet). Votre don nous permettra d’y installer l’électricité, pour le rechargement du matériel électrique ainsi que l’acquisition d’un ordinateur portable pour traiter les données. Votre don permettra à l’équipe du projet de disposer des conditions de vie et d’un équipement de travail de base.

Ecopartenaire pour Tortue sillonnée

Parc National du Banc d'Arguin

www.pnba.mr
Yelli Diawara est ornithologue au Parc National du Banc d’Arguin. À ce titre et en tant que Président de l’ONG Nature Mauritanie il a appuyé dès le début cette initiative. « Résister au changements climatiques est possible ! La sauvegarde de l’île de Nair est importante pour la protection de la biodiversité du Banc d’Arguin. Différentes espèces d’origine afro-tropicale nichent sur l’île qui est également convoitée en hiver par les spatules blanches européennes. Si l’île disparaît celles-ci ne pourront plus y rejoindre leurs cousines africaines ». Yasmina Messaci est chargée de projets à la Fondation Internationale du Banc d’Arguin (la FIBA). Elle est aussi membre active de l’Association des Amis du Banc d’Arguin (AABA). « La défense de l’île de Naïr contre l’érosion côtière et l’avancée de la mer est un objectif porté par les membres de l’AABA en collaboration avec la FIBA, le PNBA et l’association Mauritanienne Nature Mauritanie. Nous mettons toute notre énergie pour sauver l’île de Nair et la colonie de reproduction des spatules blanches de Banc d’Arguin ».

Dernières nouvelles

12.03.2015 › Nouvelles des Ecoprojets

La mare de l'enclos de Katané s'est asséchée depuis mi-janvier. Les tortues ont commencé à limiter leurs déplacements en vue de préparer la saison sèche.

En Janvier et Février, Abou a entrepris avec l'équipe SOPTOM et les autorités locales (Parcs Nationaux, Eaux et Forêts) des tournées dans le Ferlo à la recherche des tortues sauvages observées au début des années 2000 lors du démarrage du programme dans la zone.

Avec l'aide des villageois, un grand nombre de terriers a été retrouvé. Certains sont abandonnés, et d'autres présentant encore les traces d'activité récente. Cette encourageante nouvelle laisse penser que ces individus ont survécu depuis 15 ans !

Il est en conséquence important de continuer nos efforts pour conserver ces tortues sulcata reliques dans la zone en poursuivant nos actions de sensibilisation envers les populations locales.

20.09.2014 › Nouvelles du projet "Tortue Sillonnée"

Les pluies ont été régulières et un tapis herbacé verdoyant modifie complétement le paysage dans le Ferlo. Les mares et les trous sont remplis dans l'enclos, permettant à chaque tortue de se nourrir et de boire sans grand déplacement autour de son terrier.

Abou a eu le plaisir de découvrir deux juvéniles distinctes à deux jours d'intervalle, ayant autour de 3/4 ans. Ces deux individus confirment les naissances supposées par la présence d'œufs éclos, mais également la survie des juvéniles dans ces conditions naturelles où les prédateurs sont nombreux (chacals, mangoustes, oiseaux, etc.).

07.09.2014 › Nouvelles du projet "Tortue Sillonnée"

Pendant que nous avons tous profité des vacances bien méritées, nos champions n'ont pas "chômé". Abdou et l'équipe du projet "Tortue Sillonnée" réalisent un suivi poids-taille des tortues en début d'hivernage. Les premières pluies ont rempli la mare asséchée depuis janvier. Les tortues viennent boire et se baigner. Les premières herbes sont un régal pour les tortues après 6 mois de jeûne.

La découverte des œufs de tortue est accueillie avec une grande joie, car elle laisse supposer que les tortues réintroduites se sont bien adaptées et commencent à se reproduire. Pour rappel, la tortue sillonnée est menacée, pourtant elle joue un rôle écologique primordial dans le Ferlo, dans le Nord Est du Sénégal. Félicitations à toute l'équipe du projet pour le travail et les résultats obtenus au profit de la protection de notre biodiversité !

25.03.2014 › Rapport financier du projet Suivi des Tortues Sillonnées

Chère Communauté d’Ecofund, veuillez trouver ci-dessous le rapport financier des dons recus pour le projet "Suivi des Tortues Sillonnées" et les dépenses effectuées.

Grâce à vos dons, l’équipe du projet a pu acheter le matériel necessaire au suivi et au monitoring des tortues. Il s'agit des lampes solaires, malles, appareil photo, ordinateur, chargeur solaire, et GPS.

Un grand MERCI aux donateurs !!!

P.S.: Le reliquat de 269 euros servira au financement du projet "Jeu Tortue", que nos champions des tortues Sulcata ont déjà préparé. Restez connectés pour en savoir plus ...

06.02.2014 › Nouvelles des tortues de Ferlo

Les nouvelles du suivi des tortues grâce au nouveau matériel (appareil photo, ordinateur, chargeur solaire etc.) financé par la communauté d’Ecofund.

20.12.2013 › Un nouveau champion

Le programme connait en ce mois de novembre du changement. Anneline Grenouilloux, bénévole scientifique venu prêter mains fortes à Abu durant prêt de deux ans rentrera bientôt chez elle. Abu pourra alors compter ces deux prochaines années sur Anne Emmanuelle Landes, bénévoles scientifiques francaise, pour la poursuite des activités du programme.

15.12.2013 › La saison des amours a commencé.

 

Les mâles pourtant pacifique le reste de l’année, des rivalités naissent entre eux en cette période de reproduction et se livrent à de violent combats. Les combats n’ont que deux issus possible soit l’un des mâles prend la fuite ou bien il se retrouve retourner sur le dos.

Notre intervention auprès des tortues de l’enclos reste très limité mais indispensable durant cette période. Nous retournons systématiquement les mâles qui se retrouvent sur le dos. Cette position peut leur être fatale :La carapace des mâles étant plus plate que celle des femelles, se remettre d’aplomb seul leur est parfois difficile. Leur poumons se retrouvent alors comprimés et peuvent ainsi mourir d’asphyxie ou de déshydratation (les tortues se retrouve alors vulnérable face aux fortes chaleurs de la journée).

 

12.12.2013 › Nouvelle génération

L’équipe des tortues ont eu le plaisir de trouver cette année encore de nouveaux bébés ! Nouvelles preuve que les tortues réintroduites se sont parfaitement réadapté à leur milieu naturel.

12.12.2013 ›

L’équipe des tortues ont eu le plaisir de trouver cette année encore de nouveaux bébés ! Nouvelles preuve que les tortues réintroduites se sont parfaitement réadapté à leur milieu naturel.

12.12.2013 ›

Le programme connait en ce mois de novembre du changement. Anneline Grenouilloux, bénévole scientifique venu prêter mains fortes à Abu durant prêt de deux ans rentrera bientôt chez elle. Abu pourra alors compter ces deux prochaines années sur Anne Emmanuelle Landes, bénévoles scientifiques francaise, pour la poursuite des activités du programme.

09.12.2013 › Nouveau Départ à Ferlo

Le suivi des tortues de l’enclos se poursuit … les pluies étant revenu au mois de septembre, les tortues ainsi que l‘ensemble des animaux de l’enclos profitent de cette chance pour se repaître des nouvelles pousses …

Les tortues se préparent à la saison sèches … manger reste l’une de leur activité principale.

Les réserves de graisses que les tortues se constituent durant la saison des pluies sont d’une importance vitale afin de pouvoir tenir durant la saison sèche. 

La tortue sulcata réduira peu à peu ses activités jusqu’au mois de février et passera ensuite tout son temps dans son terrier à attendre la prochaine saison des pluies.  Elle passera ainsi près de 6 mois sans manger et sans boire.

05.12.2013 ›

Le suivi des tortues de l’enclos se poursuit … les pluies étant revenu au mois de septembre, les tortues ainsi que l‘ensemble des animaux de l’enclos profitent de cette chance pour se repaître des nouvelles pousses … 
Les tortues se préparent à la saison sèches … manger reste l’une de leur activité principale.
Les réserves de graisses que les tortues se constituent durant la saison des pluies sont d’une importance vitale afin de pouvoir tenir durant la saison sèche.
La tortue sulcata réduira peu à peu ses activités jusqu’au mois de février et passera ensuite tout son temps dans son terrier à attendre la prochaine saison des pluies.  Elle passera ainsi près de 6 mois sans manger et sans boire.

 

27.10.2013 ›

Grâce au soutien de l’hôtel ONOMO à Dakar ainsi qu’aux 4 donateurs sénégalais et allemands, le team SOS Sulcata peut maintenant disposer d’un équipement de base pour travailler. Cet équipement servira à observer quotidiennement les comportements et à surveiller le bon état général de la population des tortues réintroduites dans leur habitat naturel du Ferlo. Il s'agit des lampes rechargeables, d'un GPS, d'un appareil photo, d'un ordinateur et d'un chargeur solaire. Le projet de réintroduction et de suivi des tortues dans le Ferlo couplé aux sorties natures des élèves permettront d’éviter la disparition totale de cette espèce au Sénégal. Encore une fois un grand MERCI à l’hôtel ONOMO et à ses clients ainsi qu’aux généreux donateurs de l’Allemagne et du Sénégal ! Our future is green !

18.10.2013 › Bonnes nouvelles pour la tortue sillonnée sulcata in Senegal !

Grâce au soutien de l’hôtel ONOMO à Dakar ainsi qu’aux 4 donateurs sénégalais et allemands, le team SOS Sulcata peut maintenant disposer d’un équipement de base pour travailler. Cet équipement servira à observer quotidiennement les comportements et à surveiller le bon état général de la population des tortues réintroduites dans leur habitat naturel du Ferlo.

En plus, les dons permettent de financer des sorties natures des élèves de Ranérou, la ville « porte » de la réserve naturelle du Ferlo. Les élèves seront sensibilisés à la protection de la biodiversité. En effet, d'ici quelques année ce sont eux qui prendront les décisions importantes pour leur région et la préservation passe d'abord par la connaissance.

Le projet de réintroduction et de suivi des tortues dans le Ferlo couplé aux sorties natures des élèves permettront d’éviter la disparition totale de cette espèce au Sénégal.

Encore une fois un grand MERCI à l’hôtel ONOMO et à ses clients ainsi qu’aux généreux donateurs de l’Allemagne et du Sénégal !

Our future is green !

27.03.2013 › Newsletter Sulcata Tortues à Ferlo

Dans ce deuxième exemplaire de la lettre de la tortue, vous pourrez découvrir en plus de l’actualité du programme SOS Sulcata ainsi que des articles rédigés par les élèves du collège/lycée de Ranérou sur l’actualité environnementale de la réserve naturelle de Ferlo.

Cliquez sur l'image. Bonne lecture !

20.03.2013 › Nouvelles de Katané

Nous avons été très bien accueillis par le commandant Gomis et son équipe ainsi qu'Anneline et à l'issue d'une semaine passée en sa compagnie et celle d'Abou nous avons pu nous rendre compte de l'excellent travail qu'ils font dans le Ferlo sous tous les angles. Je trouve que le camp de base de Ranérou résiste bien aux outrages du temps et voit quelques même quelques améliorations se réaliser chaque année (à propos, un réfrigérateur ne serait pas du luxe pour étancher la soif des écotouristes sur la piste des sulcata !).

Nous avons surtout vu les tortues dans leurs terriers (très peu à découvert) et après bien des recherches avec l'aide de la voiture nous n'avons pu localiser une sulcata du dernier relâcher ; Anneline pense que son émetteur est tout simplement défaillant. Nous avons pu constater quelques changements à Katané avec l'arrivée d'une nouvelle institutrice et donc la refondation d'une classe et surtout la construction du nouveau poste de santé à 200m de l'entrée du poste de garde.

Nous avons eu aussi le temps de parcourir la nouvelle extension de l'enclos et je pense que sa nouvelle superficie totale de 1200ha ne sera pas de trop pour abriter oryx, gazelles et les tortues évidemment. Celles ci vont peut être voir leurs effectifs s'accroitre plus naturellement désormais avec la naissance de juvéniles découverts depuis l'an dernier, espérons le du moins !

En ce qui concerne les tortues de Madina et l'éventualité de leur rapatriement à Noflaye, après concertation avec Anneline, nous avons laissé tomber cette idée bien que nous soyons allés leur rendre visite pour nous rendre compte de leur état. L'enclos de quarantaine qui leur était destiné au village des tortues était en fait occupé par les sulcata envoyées de Gonfaron au mois d'octobre dernier. et il n'y avait pas de solution de rechange du moins dans l'immédiat.

20.03.2013 ›

Nous avons été très bien accueillis par le commandant Gomis et son équipe ainsi qu'Anneline et à l'issue d'une semaine passée en sa compagnie et celle d'Abou nous avons pu nous rendre compte de l'excellent travail qu'ils font dans le Ferlo sous tous les angles. Je trouve que le camp de base de Ranérou résiste bien aux outrages du temps et voit quelques même quelques améliorations se réaliser chaque année (à propos, un réfrigérateur ne serait pas du luxe pour étancher la soif des écotouristes sur la piste des sulcata !).

Nous avons surtout vu les tortues dans leurs terriers (très peu à découvert) et après bien des recherches avec l'aide de la voiture nous n'avons pu localiser une sulcata du dernier relâcher ; Anneline pense que son émetteur est tout simplement défaillant. Nous avons pu constater quelques changements à Katané avec l'arrivée d'une nouvelle institutrice et donc la refondation d'une classe et surtout la construction du nouveau poste de santé à 200m de l'entrée du poste de garde.

Nous avons eu aussi le temps de parcourir la nouvelle extension de l'enclos et je pense que sa nouvelle superficie totale de 1200ha ne sera pas de trop pour abriter oryx, gazelles et les tortues évidemment. Celles ci vont peut être voir leurs effectifs s'accroitre plus naturellement désormais avec la naissance de juvéniles découverts depuis l'an dernier, espérons le du moins !

En ce qui concerne les tortues de Madina et l'éventualité de leur rapatriement à Noflaye, après concertation avec Anneline, nous avons laissé tomber cette idée bien que nous soyons allés leur rendre visite pour nous rendre compte de leur état. L'enclos de quarantaine qui leur était destiné au village des tortues était en fait occupé par les sulcata envoyées de Gonfaron au mois d'octobre dernier. et il n'y avait pas de solution de rechange du moins dans l'immédiat.

01.03.2013 › SOS Sulcata

La dernière région où vit encore la tortue sillonnée (Centrochelys sulcata) à l’état sauvage au Sénégal est le Ferlo, au Nord Est du pays. La tortue a un rôle écologique primordial dans cette région difficile et inhospitalière : par exemple, pour faire face aux chaleurs accablantes (jusqu’à 48°C à l’ombre) et pallier le manque d’eau pendant les 6 à 8 mois de la saison sèche, la tortue sillonnée creuse d’immenses terriers dans lesquelles elle va trouver ombre, fraîcheur et humidité. Tous les autres animaux de la brousse, du papillon au chacal, utilisent ensuite les terriers délaissés par la tortue pour s’abriter pendant les heures les plus chaudes de la journée.

La tortue sillonnée participe aussi à la dissémination de nombreuses graines. Herbivore très opportuniste, elle va consommer une grande quantité de végétaux différents et rejeter dans ses fèces les graines non digérées qui vont pouvoir germer loin de la plante mère.

Mais la tortue sillonnée est menacée. Ses populations sont trop petites et trop espacées les unes les autres pour avoir une chance de se croiser et de perpétuer l’espèce. De plus, l’impact toujours plus négatif des activités humaines sur le Sahel aggrave la situation fragile des tortues: désertification, surpâturage, destruction de son habitat et ramassage pour la vente illégale d’animaux exotiques.

Nos trois nouveaux champions ont décidé d’agir. A travers d’un programme scientifique de l’introduction des tortues mais également à travers des excursions des écoliers dans l’habitat naturel de la tortue sillonnée, ils s’engagent pour sa reproduction et protection.

Aidez Lamine, Beidi et Henri à maintenir la biodiversité du Sahel !

Fiche projet

Reserve du Ferlo
Régénération
Parc National du Banc d'Arguin
12.03.2015

1903 €

sur 1900 € pour objectif
100%