› Accueil › Voir les écoprojets › Les écoprojets financés › A vos marques… étudiez, plongez, protégez !

A vos marques… étudiez, plongez, protégez !, Sénégal

financed on the 25.09.2017

Fiche projet

Dakar
Protection
Professeur Malick Diouf
16.09.2017

1700 €

sur 1700 € pour objectif
100%

De quoi s'agit-il ?

Il s’agit de compléter le cursus de jeunes futurs champions africains de la protection des écosystèmes marins en Afrique de l’Ouest par une formation en plongée sous-marine.

Apprendre c’est bien, appliquer c’est mieux !

Trop souvent les étudiants en Afrique de l’Ouest, n’ont pas l’occasion d’aller voir, découvrir et essayer ce qu’ils apprennent en cours magistraux et dans les livres.

Imaginez, vous apprenez une langue que vous ne parlez jamais, un instrument dont vous ne jouez jamais … c’est inimaginable !

Ceci est encore plus inconcevable pour des spécialistes de l’environnement sous-marin qui n'ont jamais fait de plongée. C’est pourquoi Aliou Ngom et Amadou Sene, deux des étudiants du master « écologie et gestion des écosystèmes aquatiques » de l’Institut Universitaire de Pêche et d’Aquaculture (IUPA) de l’Université Cheik Anta Diop de Dakar au Sénégal, souhaitent « acquérir une base en plongée sous-marine pour pouvoir aller en profondeur dans leurs connaissances», sans jeu de mot. Le problème est qu’ils n’ont pas les moyens personnels de le faire, ou que l’IUPA n’a pas de budget suffisant pour généraliser la pratique auprès de ses étudiants.

Parmi 15 étudiants du master, Ecofund, Malick Diouf, leur enseignant, et Nathalie Cadot, marraine du projet, vont miser sur une équipe de 3 d’entre eux qui seront choisis au terme d’une âpre sélection, pour devenir les champions de leur master et les porte-parole de la protection de l’océan lors de la journée mondiale des océans, et, à bien d’autres occasions à venir.

Retneus pour leur grande motivation et leurs aptitudes, les 3 étudiants qui seront formés à la plongée sous-marine, enrichiront leur cursus de leurs nouvelles compétences, notamment à travers leur stage de deuxième année, et la publication d’articles ou d’exposés.

Au-delà de les aider à se construire un avenir d'expert dans le domaine de la protection et de la gestion durable des océans, vous contribuez à leur faire vivre une expérience unique, véritable défi physique pour plusieurs d’entre eux. Ils partageront avec nous leurs émotions au cours de leurs plongées et nous feront découvrir les fonds sous-marins du Sénégal.

Cette formation se terminera en beauté le 8 juin, journée mondiale des océans, avec un nettoyage des déchets sous-marin de la baie de N’gor et une présentation de leurs découvertes.

Le but final du projet est de faire de cette première formation en plongée un succès, plaidant pour son inscription dans le cursus de l’Université, afin que d’autres étudiants en bénéficient.


Comment votre don nous permettra d'agir ?

Nous vous sollicitons pour financer une bourse de plongée sous-marine pour chacun des trois étudiants les plus méritants qui auront été sélectionnés pour leur motivation et leur plan de carrière futur, parmi 15 étudiants ayant déjà bénéficié de notre soutien à un premier baptême de plongée. Chaque bourse permettra de financer une formation au niveau PADI Open Water Diver (9 sessions et des cours théoriques) et 3 plongées d’exploration. Cette formation dans le système PADI est mondialement reconnue et sera valable dans la plupart des centres de plongée.

Les 3 étudiants sélectionnés apportent chacun une contribution d’environ 15% du coût de la formation et ils financent leur transport pour se rendre au club de plongée se trouvant à N’gor.

Le Barracuda Club Dakar a fait une réduction de 25% sur les baptêmes de plongée, de 15% sur la formation et a obtenu pour chaque étudiant une dotation gratuite d’un kit palme-masque-tuba par son équipementier AQUALUNG.

Cette formation ne serait pas possible si l’IUPA ne fournissait pas les encadrants aussi, elle prend en charge les coûts des enseignants.

La valorisation de la formation des étudiants commencera rapidement car à peine sortis de l’eau, ils prendront leurs stylos pour vous faire découvrir des espèces qui les auront particulièrement intrigués ou émerveillés, et partager avec nous leurs idées sur les façons dont l’Afrique de l’Ouest peut renforcer la protection de ses océans.

Ecopartenaire pour A vos marques… étudiez, plongez, protégez !

Professor Malick Diouf


Malick Diouf est enseignant chercheur et directeur de l'IUPA, Institut Universitaire de Pêche et d'Aquaculture, à Dakar.

Versé dans la recherche appliquée et adepte de la formation par la pratique, il sait apporter aux communautés locales les connaissances les aidant à gérer leurs ressources naturelles ; par exemple il travaille depuis plusieurs années avec les villageois du Delta du Saloum (à Niodor, Fadiouth, Dionewar, Falia, Joal…) sur la gestion des coquillages.

Féru de recherche appliquée utilisant des savoirs traditionnels, il se bat pour permettre aux étudiants d’expérimenter et mettre en pratique les connaissances acquises, car pour lui, « la gestion des écosystèmes sous-marins ne peut pas s’apprendre uniquement dans des livres et dans une salle de classe… elle se vit » !


Dernières nouvelles

16.09.2017 › International Coastal Clean-up

Quand ?

Jeudi 16 septembre de 9h à 12h

Où ?

RDV à Dakar sur la plage de N’Gor devant Black&White
Pour les plongeurs RSVP 77 099 97 66

Quoi ?

Il nous suffit pas de parler – il faut agir !

Nettoyage de la plage de N’Gor et des fonds sous-marins

Ceux qui ne peuvent pas nous rejoindre, faites un don au projet de nos champion Fatou, Amadou et Babacar « A vos marques… étudiez, plongez, protégez ! »

C’est votre action concrète !



11.06.2017 › Nos océans, Notre futur !

La « fête des océans » a commencé par une Conférence à l’Institut Universitaire des Pêches et Aquaculture (IUPA) à Dakar, Sénégal, avec la participation d’une centaine des étudiants et bien sûr de nos 3 champions, Fatou, Amadou et Babacar.

Fatou, Amadou et Babacar, ont surpris le public avec un sketch qu’ils ont écrit, afin de sensibiliser leurs co-étudiants sur les dégâts qui cause la pollution par plastique de nos océans.

C’était un très riche échange d’expertises et d’expériences sur la pollution de nos océans et notamment sur comment pourrons-nous la réduire, encore mieux : l’éviter !

Après la théorie, place à la pratique !

A partir de 16h 00 les plongeurs du Club Barracuda, nos 3 champions, des plongeurs sapeur pompiers, et des surfeurs, BRI action et ses JFD, le N'Gor Island Surfcamp et l'Amicale des amis de la baie de N'Gor, au total une cinquantaine des volontaires sont venus pour nettoyer la plage de la baie N’Gor à Dakar et ses fonds sous-marins des déchets.

En moins de 2 heures, 300 kg des déchets ont été récupérés sous l’eau et 650 kg sur la plage, soit une tonne de déchets !!!

C’était une très belle occasion pour nos 3 champions de l’IUPA, fraichement certifiés plongeurs, d’y participer et de démontrer leur engagement concret pour la protection et de la gestion durable des océans.

Nous avons hâte de découvrir les espèces qui les auront particulièrement intrigués ou émerveillés pendant leur formation, et de connaitre leurs idées sur les façons dont l’Afrique de l’Ouest peut renforcer la protection de ses océans.



05.06.2017 › La journée mondiale des océans

Quand ?

Jeudi 8 juin

Où ?

A partir de 09h 00 Conférence à l’Institut Universitaire des Pêches et Aquaculture (IUPA) à Dakar, Sénégal

A partir de 16h 00 au Barracuda Club Dakar N’Gor : Nettoyage de la plage de N’Gor et des fonds sous-marins par les nouveaux étudiants certifiés plongeurs de l’IUPA

Quoi ?

Il nous suffit pas de parler – il faut agir !

Ceux qui ne peuvent pas nous rejoindre, avec Ecofund, Barracuda Club Dakar et l’IUPA fêtez la journée mondiale des océans de façon concrète et faites un don au projet de nos champion Fatou, Amadou et Babacar « A vos marques… étudiez, plongez, protégez ! »

C’est votre cadeau à la journée mondiale des océans !

27.05.2017 › Et voici Fatou, Amadou et Babacar nos futurs champions !

Découvrez ci-dessous les 3 étudiants qui ont été sélectionnés parmi les 15 étudiants de la promotion 2017 du Master « Ecologie et Gestion des Ecosystèmes Aquatiques » à l’Institut Universitaire de Pêche et d’Aquaculture (IUPA).

FATOU KINE GUEYE

J’ai 25 ans et je suis l’une des rares femmes de la promotion. Sachant que je ne suis pas une très grande nageuse, vous comprendrez que je suis donc très motivée pour cette formation à la plongée, vrai défi physique pour moi ? !

Après mon bac en sciences de la vie et de la terre, j’ai suivi la voie indiquée et suite à l’obtention de ma licence à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, je me suis inscrite dans le master de l’IUPA pour deux raisons : j’ai toujours été passionnée par les découvertes notamment en milieu aquatique; aussi j’ai voulu me spécialiser en protection de l’environnement et plus précisément sur les aires marines protégées; en plus on m’avait vanté le sérieux de cet institut.

Mes impressions dans l’eau ?

J’ai vécu une expérience extraordinaire lors du baptême de plongée : c’était exactement comme dans les documentaires ! J’ai aimé la diversité de formes et de couleurs observées au niveau des algues, la manière dont elles sont accrochées aux rochers. Aussi j’ai fait la découverte d’une espèce très colorée qui m’a beaucoup plu, un nudibranche (doris) ! (voir photo)

Bref c’était une expérience riche en découvertes.

J’ai hâte de recommencer, je trouve cela très motivant pour mes études et je sens que par rapport aux autres étudiants j’ai la chance de « vivre » mon sujet d’études. C’est pourquoi j’en profite pour vous remercier encore de votre soutien !

AMADOU SENE

Je suis jeune (26 ans), passionné par mes études, et je pense que j’ai été sélectionné par le jury pour ce projet, parce que je suis l’un des plus motivés du groupe à réaliser ces plongées !

« Jusqu’à ma licence universitaire, j’ai été fasciné par les matières enseignées en sciences naturelles dont l’écologie : là on étudie toutes les relations qui peuvent exister entre les différents éléments de l’environnement et on comprend la nécessité d’en avoir une bonne connaissance. Quand en cours de zoologie, on a appris que la grande majorité des animaux de la terre sont des organismes aquatiques, j’ai eu un déclic pour me spécialiser dans l’écologie des systèmes marins. Je pense que plus tard en tant qu’expert, je serai très utile dans ce domaine où on manque encore de beaucoup d’informations sur de nombreuses espèces et sur l’état de nos côtes. C’est un vrai enjeu pour le Sénégal : la santé de l’économie de la Pêche dépend de la santé de la mer, et il faut éviter de dégrader notre environnement ».

Qu’as-tu ressenti sous l’eau, lors de ton baptême de plongée ?

J’avais eu sous l’eau une sensation extraordinaire. Ma grande peur des premiers instants s’est vite dissipée dès qu’on a rencontré différentes espèces que l’on ne connaissait que dans nos livres de cours telles que les anémones de mer, ou le poisson globe, qui était d’ailleurs mon sujet de recherche documentaire. Mais aussi j’ai été impressionné du pouvoir presque magique de respirer sous l’eau !

Alors pour tout ça, et ce n’est que le début, merci du soutien que vous nous accordez, il est d’une immense valeur pour la réussite de nos projets d’études.

BABACAR SANE

Je suis né le 10 février 1992 dans un village du département de Podor. C’est là où j’ai appris à nager !

« Faire de l’écologie marine a toujours été mon rêve : j’ai envie de participer à la gestion des écosystèmes marins, c’est pourquoi la formation que j’ai choisie de suivre à l’IUPA me permet d’approfondir mes connaissances scientifiques. Par exemple je veux en savoir plus sur les impacts de la pollution sur le milieu de la mer qui, à mon avis, doit être bien gérée vu son importance dans l’économie sénégalaise à cause de la pêche, mais aussi pour notre bien-être à tous. Etant un enfant du fleuve de Podor, je veux lutter contre la dégradation de l’environnement aquatique. »

Et quelles ont été tes premières impressions sous l’eau ?

Quand je suis entré dans l’eau le 1ier jour lors du baptême, c’était extraordinaire et magnifique. J’ai vu pour la première fois un vrai banc de poissons et des algues enracinées et plein d’autres belles choses ! Ça change de d’habitude où je les vois uniquement sur vidéos. Je me suis dit « c'est génial ! Je respire sous l'eau ! ». C'est une expérience que je ne suis pas prêt d’oublier !

Merci beaucoup pour votre soutien !