› Accueil › Voir les écoprojets › Les écoprojets financés › Spatules de Nair

Spatules de Nair, Mauritanie

financed on the 11.01.2014

Fiche projet

Island of Nair, Banc d'Arguin
Protection
Parc National du Banc d'Arguin
13.03.2014

1500 €

sur 1500 € pour objectif
100%

De quoi s'agit-il ?

Le Parc National du Banc d'Arguin (PNBA) en Mauritanie est une zone majeure de reproduction pour certaines espèces d’oiseaux d’Afrique et un parfait abri pour les oiseaux migrateurs d'Europe : plus de 6 millions d'oiseaux traversent le Parc pendant les migrations et plus de 2 millions d’entre eux y passent tout l’hiver !

La sous-espèce balsaci de la Spatule blanche Platalea leucorodia n’est présente que dans le PNBA. L’un des plus importants sites de nidification est établi sur l’île de Nair située à deux heures de lanche à voile du village Iwik. Les oiseaux installent de préférence leurs nids sur la végétation qui maintient le fragile cordon dunaire, une barrière naturelle de dunes de sable sur la côte. Malheureusement, ces dernières années, la mer gagne du terrain sur l’île et inonde progressivement les nids.

Pour préserver cet oiseau devenu rare, Ahmed et ses amis imraguen ont colmaté avec l’appui de la FIBA, de l'association néerlandaise Natuurmonumenten et l’ONG locale « Nature Mauritanie » quelques brèches du cordon dunaire en installant des sacs de sable. Ces barrages réduisent les inondations récurrentes et facilitent la régénération de la végétation indispensable au succès reproducteur des spatules.

« Ces premiers résultats sont très encourageants mais ne suffisent pas pour protéger la reproduction des oiseaux sur le long terme. Nous aimerions poursuivre notre travail en renforçant les barrages existants et en colmatant de nouvelles brèches pour assurer l’avenir des M’Boye (Nom local pour la Spatule blanche) » dit Ahmed.


Je m’appelle Ahmed Ould Meddou. Comme Sidi - notre champion mauritanien de l’observatoire d’oiseaux à Iwik, je suis imraguen et écoguide au Parc du Banc d’Arguin. Avec Sidi, je suis membre fondateur de l’Association des Amis du Banc d’Arguin. Je suis né dans le village d’Iwik, dans le Parc, où j’habite avec ma femme et nos trois enfants. Je suis pêcheur ; j’ai toujours vécu de la pêche. Grâce à une formation je suis devenu écoguide du Banc d’Arguin. C’est plus qu’une profession, c’est une passion, que j’exerce en parallèle avec la pêche, quand il y des touristes.

Nous nous investissons dans la protection des nids de la Spatule Blanche sur l’île de Nair. Pourquoi ? Parce que, j’aimerais que les enfants de mes enfants puissent admirer ce magnifique oiseau qui, comme les imraguen, n’existe qu’ici. Il est un des symboles de notre terroir. Sa disparition apportera de la tristesse pour nous tous.

Comment votre don nous permettra d'agir ?

Grâce à votre don, nous allons renforcer notre travail et pérenniser la population de spatules dans le Parc. Pour cela, il nous faudra mobiliser environ 15 personnes pendant 10 jours de travail. Votre don servira à acheter des sacs en toile de jute biodégradable, des pelles, de la nourriture pour la main d’œuvre, à payer les pêcheurs qui décident de ne pas sortir en pêche pour m’aider et à louer la lanche pour le transport quotidien sur l’île.

Pour ce projet, Ahmed bénéficie du support technique de l’administration du Parc National du Banc d’Arguin, et notamment de son ornithologue Yelli Diawara.

Ecopartenaire pour Spatules de Nair

Parc National du Banc d'Arguin

www.pnba.mr
Sidi Cheikh est le Géomaticien du Parc National du Banc d’Arguin. Il sillonne souvent le Parc pour encore mieux connaitre et cartographier le territoire. « La construction de ces observatoires est importante pour définir des zones de protection, des sanctuaires et des réserves côtières et marines nécessaires à la protection de la biodiversité du Banc d’Arguin. Les observatoires serviront également des repères indispensables aux agents de surveillance du Parc. » Sidi Cheikh

Dernières nouvelles

13.03.2014 › Spatule blanche sur l’Ile de Nair en Mauritanie

Les démarches de réhabilitation du cordon dunaire de l’ile de Nair, située au cœur du Parc National du Banc d’Arguin (PNBA), ont été poursuivies le weekend du 6 et 7 mars dernier. Ces travaux de réhabilitation ont été possibles grâce à l’initiative de l’Association des Amis du Banc d’Arguin (AABA) et du Groupement de Jeunes d’Iwik ainsi que grâce au financement de la Société Générale de Mauritanie (SGM), de la Communauté d’Ecofund et de la FIBA.

Rappelons que, depuis quelques années, des changements importants sont observables le long du littoral mauritanien. La tendance générale semble être un retrait progressif du linéaire côtier. Les colonies de reproduction de certaines espèces d’échassiers sont systématiquement inondées et ce phénomène devient particulièrement grave en ce qui concerne la sous-espèce endémique de spatule Platalea leucorodia balsaci. Les colonies des îles de Cheddid et Touffat sont désertées et sur les îles de Nair et Zira les nids sont régulièrement inondés. Pour freiner cette tendance, des efforts sont déployés pour la réhabilitation du cordon dunaire de l’île de Nair avec des résultats très encourageants.

La nouveauté cette fois-ci est qu’un groupe de 8 banquiers de la SGM à Nouakchott a participé aux travaux de terrain. Ces jeunes cadres mauritaniens ont œuvré en étroite collaboration avec 12 membres de l’AABA et 2 volontaires de la FIBA pour placer 400 sacs de jute remplis de sable à des endroits du cordon naturel de protection de l’île particulièrement vulnérables et menacés par les marées. La nidification des spatules démarre bientôt. Nous espérons qu’elles puissent bénéficier des efforts déployés par toutes et tous et que la reproduction soit un succès cette anné.

Voici quelques photo de nos champions, Sidi Ely (Président de l'AABA), Salla et Antonio (FIBA), les jeunes d'Iwik et de l'AABA, et les banquiers de la SGM en action.

12.03.2014 › Rapport financier du projet Spatule de Nair

Chère Communauté d’Ecofund, vous trouvez ci-dessous le rapport financier des dons recu pour le projet et les dépenses effectuées.

Un grand MERCI aux donateurs !!!

10.01.2014 › On a réussi !

Grâce aux 7 parrains et à un don significatif de la Société Générale en Mauritanie, nous avons le plaisir de vous annoncer le succès de la levée des fonds pour l’ecoprojet « Spatule de Nair en Mauritanie ».

C’est le 10ème ecoprojet appuyé par notre Communauté d’Ecofund. Grâce à notre soutien et celui de la Fondation Internationale du Banc d’Arguin (la FIBA), Ahmed, son Association des Amis du Banc d’Arguin (AABA) et son ecopartenaire, le Parc National du Banc d’Arguin, pourront réhabiliter le cordon dunaire de l’ile Nair, et ainsi sauver les nids de la sous espèce de la spatule blanche (Platalea leucorodia balsaci) qui ne vit qu’au Parc National du Banc d’Arguin.

C’est un très bon exemple d’un partenariat entre la société civile et le secteur privé pour la protection de l’environnement.

Suivez les actualités sur les projets en ligne >>

OFIG !

05.12.2013 › Préservez les nids de la Spatule Blanche !

Le Groupement de jeunes d’Iwik et l’Association des Amis du Banc d’Arguin en collaboration avec l’ONG Nature Mauritanie ont réalisé deux activités de réhabilitation du cordon dunaire de l’ile Nair, en novembre 2012 et février 2013.

Comme vous le savez, l’ile est actuellement menacée de disparition du fait de l’érosion qu’elle subit, l’exposant à des inondations fréquentes. Cette situation a mobilisé les jeunes Imraguen à mener des actions de réhabilitation du cordon dunaire, d’autant plus que l’ile de Nair est l’un des plus importants sites de nidification de la sous espèce de la spatule blanche (Platalea leucorodia balsaci) qui ne vit qu’au Parc National du Banc d’Arguin et dont la population est en régression depuis plusieurs années.

Les actions de réhabilitation consistent à colmater les brèches ouvertes par la mer avec des sacs de sable biodégradables, une technique simple et efficace qui a donné jusqu’à présent des résultats satisfaisants. La végétation commence à revenir progressivement ce qui permettra de capter des sédiments et de consolider le cordon dunaire.

L’Association des Amis du Banc d’Arguin et le Groupement de jeunes d’Iwik souhaitent réitérer cette expérience en janvier 2014, avant l’installation de la colonie de spatules pour renforcer les efforts déjà réalisés et poursuivre ainsi la lutte contre les effets du changement climatique.

Nous souhaiterions bien compter sur notre communauté Ecofund pour réaliser cette action de réhabilitation du cordon dunaire de l’ile de Nair au regard de son importance pour l’avenir de l’espèce et la mobilisation de la jeunesse d’Iwik pour la conservation de la biodiversité.

Aidez-nous à combler le financement restant de 900 euros !

12.05.2013 ›

Le Groupement de jeunes d’Iwik et l’Association des Amis du Banc d’Arguin en collaboration avec l’ONG Nature Mauritanie ont réalisé deux activités de réhabilitation du cordon dunaire de l’ile Nair, en novembre 2012 et février 2013.

Comme vous le savez, l’ile est actuellement menacée de disparition du fait de l’érosion qu’elle subit, l’exposant à des inondations fréquentes. Cette situation a mobilisé les jeunes Imraguen à mener des actions de réhabilitation du cordon dunaire, d’autant plus que l’ile de Nair est l’un des plus importants sites de nidification de la sous espèce de la spatule blanche (Platalea leucorodia balsaci) qui ne vit qu’au Parc National du Banc d’Arguin et dont la population est en régression depuis plusieurs années.

Les actions de réhabilitation consistent à colmater les brèches ouvertes par la mer avec des sacs de sable biodégradables, une technique simple et efficace qui a donné jusqu’à présent des résultats satisfaisants. La végétation commence à revenir progressivement ce qui permettra de capter des sédiments et de consolider le cordon dunaire.

L’Association des Amis du Banc d’Arguin et le Groupement de jeunes d’Iwik souhaitent réitérer cette expérience en janvier 2014, avant l’installation de la colonie de spatules pour renforcer les efforts déjà réalisés et poursuivre ainsi la lutte contre les effets du changement climatique.

Nous souhaiterions bien compter sur notre communauté Ecofund pour réaliser cette action de réhabilitation du cordon dunaire de l’ile de Nair au regard de son importance pour l’avenir de l’espèce et la mobilisation de la jeunesse d’Iwik pour la conservation de la biodiversité.

Help us to finance the gap of 900 euros!

21.03.2013 › Spatules de Nair, Mauritanie

Les effets du changement climatique sont évidents depuis quelques dizaines d’années un peu partout au monde. Leur impact se répercute de façon plus visible au long des littoraux et sur les zones côtières. Les changements climatiques impactent la biodiversité, les populations qui dépendent des ressources marines et le milieu physique côtier, surtout dans des zones à faible profondeur comme les zones estuariennes, souvent protégées par des cordons dunaires étroits et menacées aussi par les pressions humaines.

Au Parc National du Banc d’Arguin en Mauritanie, les populations, les agents du parc et autres partenaires nationaux et internationaux œuvrent ensemble pour faire face au « destin » et contrecarrer le processus d’érosion de l’Ile de Nair, un des sites clés pour la nidification de la sous espèce endémique de spatule blanche du Banc d’Arguin. L’ile de Nair est aussi un site de reproduction important pour d’autres espèces d’oiseaux d’eau et un refuge de marée haute pour des milliers d’oiseaux limicoles migrateurs.

Entre le 21 et le 23 février 2013, le PNBA a organisé avec la FIBA, l’Association des Amis du Banc d’Arguin et le Groupement de Jeunes d’Iwik, la première opération de l’année pour la réhabilitation du cordon dunaire d’une partie de l’Ile. Pour la première fois depuis que ces opérations sont démarrées il y a quelques années, des dvolontaires en provenance de Nouakchott, la capitale du pays et des chercheurs néerlandais en mission au PNBA, ont accompagné 17 jeunes femmes et hommes du village d’Iwik. Lors des opérations de réhabilitation, 400 sacs biodégradable en jute ont été déposés sur des points critiques de la zone Sud de l’ile où se situent les plus importantes colonies de reproduction. Les résultats des efforts développés par le passé sont remarquables et clairement visibles sur place. La végétation halophile typique de la zone s’est beaucoup développé grâce aux barrages de sacs et la partie de l’ile concernée par nos actions dévoile une résilience remarquable aux inondations, source d’espoir pour l’avenir.

21.03.2013 ›

Les effets du changement climatique sont évidents depuis quelques dizaines d’années un peu partout au monde. Leur impact se répercute de façon plus visible au long des littoraux et sur les zones côtières. Les changements climatiques impactent la biodiversité, les populations qui dépendent des ressources marines et le milieu physique côtier, surtout dans des zones à faible profondeur comme les zones estuariennes, souvent protégées par des cordons dunaires étroits et menacées aussi par les pressions humaines.

Au Parc National du Banc d’Arguin en Mauritanie, les populations, les agents du parc et autres partenaires nationaux et internationaux œuvrent ensemble pour faire face au « destin » et contrecarrer le processus d’érosion de l’Ile de Nair, un des sites clés pour la nidification de la sous espèce endémique de spatule blanche du Banc d’Arguin. L’ile de Nair est aussi un site de reproduction important pour d’autres espèces d’oiseaux d’eau et un refuge de marée haute pour des milliers d’oiseaux limicoles migrateurs.

Entre le 21 et le 23 février 2013, le PNBA a organisé avec la FIBA, l’Association des Amis du Banc d’Arguin et le Groupement de Jeunes d’Iwik, la première opération de l’année pour la réhabilitation du cordon dunaire d’une partie de l’Ile. Pour la première fois depuis que ces opérations sont démarrées il y a quelques années, des dvolontaires en provenance de Nouakchott, la capitale du pays et des chercheurs néerlandais en mission au PNBA, ont accompagné 17 jeunes femmes et hommes du village d’Iwik. Lors des opérations de réhabilitation, 400 sacs biodégradable en jute ont été déposés sur des points critiques de la zone Sud de l’ile où se situent les plus importantes colonies de reproduction. Les résultats des efforts développés par le passé sont remarquables et clairement visibles sur place. La végétation halophile typique de la zone s’est beaucoup développé grâce aux barrages de sacs et la partie de l’ile concernée par nos actions dévoile une résilience remarquable aux inondations, source d’espoir pour l’avenir.

12.02.2013 › Ecoprojet Update: Spaturle de Nair

Des changements importants sont observables le long du littoral mauritanien depuis quelques années. La tendance générale semble être un retrait progressif du linéaire côtier. Certains villages sont actuellement isolés par la mer plusieurs fois par an, pas seulement lors des périodes des plus grandes marées de l’année. Les colonies de reproduction de certaines espèces d’échassiers sont systématiquement inondées et ce phénomène devient particulièrement grave en ce qui concerne la sous-espèce endémique de spatule Platalea leucorodia balsaci. Les colonies des îles de Cheddid et Touffat sont désertées depuis plusieurs années et sur les îles de Nair et Zira les nids sont régulièrement inondés.

Pour freiner cette tendance le PNBA a mis en place par le passé avec l’appui de plusieurs partenaires internationaux, en particulier de la FIBA en collaboration étroite avec l’ONG Nature Mauritanie et le groupement de jeunes du village d’Iwik, des plateformes de nidifications sur ces îles. Des efforts particuliers ont aussi été déployés ces dernières années pour la réhabilitation du cordon dunaire de l’île de Nair avec des résultats très encourageants.

Le 28 et 29 novembre 2012, le groupement de jeunes d’Iwik de l’Association des Amis du Banc d’Arguin a accueilli l’équipe organisatrice de la mission pour la réhabilitation du cordon dunaire de l’Ile de Nair. Une quarantaine de personnes ont participé à cette activité dont une trentaine de villageois et villageoises d’Iwik, l’équipe de l’ONG Nature Mauritanie, celle du PNBA  et de la FIBA. Des lanches, bateaux à voile des Imraguen, ont acheminé l’ensemble de l’équipe jusqu’à l’Ile de Nair où 600 sacs de sables ont été disposés au niveau des différentes brèches ouvertes par la mer, tout autour de la plateforme de nidification des spatules.

Cette activité devra être réitérée prochainement à nouveau pour consolider le travail réalisé jusqu’à présent. FIBA a déjà apporté 1.775 euros sur le budget initial de 2.675 euros.

Aidez-nous à combler le financement restant de 900 euros !

12.02.2013 ›

Réhabiliter le cordon dunaire de l’ile de Nair pour permettre aux spatules de se reproduire en toute tranquilité.
Des changements importants sont observables le long du littoral mauritanien depuis quelques années. La tendance générale semble être un retrait progressif du linéaire côtier. Certains villages sont actuellement isolés par la mer plusieurs fois par an, pas seulement lors des périodes des plus grandes marées de l’année. Les colonies de reproduction de certaines espèces d’échassiers sont systématiquement inondées et ce phénomène devient particulièrement grave en ce qui concerne la sous-espèce endémique de spatule Platalea leucorodia balsaci. Les colonies des îles de Cheddid et Touffat sont désertées depuis plusieurs années et sur les îles de Nair et Zira les nids sont régulièrement inondés.

Pour freiner cette tendance le PNBA a mis en place par le passé avec l’appui de plusieurs partenaires internationaux, en particulier de la FIBA en collaboration étroite avec l’ONG Nature Mauritanie et le groupement de jeunes du village d’Iwik, des plateformes de nidifications sur ces îles. Des efforts particuliers ont aussi été déployés ces dernières années pour la réhabilitation du cordon dunaire de l’île de Nair avec des résultats très encourageants.  

Le 28 et 29 novembre 2012, le groupement de jeunes d’Iwik de l’Association des Amis du Banc d’Arguin a accueilli l’équipe organisatrice de la mission pour la réhabilitation du cordon dunaire de l’Ile de Nair. Une quarantaine de personnes ont participé à cette activité dont une trentaine de villageois et villageoises d’Iwik, l’équipe de l’ONG Nature Mauritanie, celle du PNBA  et de la FIBA. Des lanches, bateaux à voile des Imraguen, ont acheminé l’ensemble de l’équipe jusqu’à l’Ile de Nair où 600 sacs de sables ont été disposés au niveau des différentes brèches ouvertes par la mer, tout autour de la plateforme de nidification des spatules.

Cette activité devra être réitérée prochainement à nouveau pour consolider le travail réalisé jusqu’à présent. FIBA a déjà apporté 1.775 euros sur le budget initial de 2.675 euros.

Aidez-nous à combler le financement restant de 900 euros !

24.10.2012 › Spatules de Nair, Mauritanie

Chers amis d'Ecofund, nous avons une superbe nouvelle pour vous et pour la Spatule de Nair :

Notre écopartenaire, la FIBA, a décidé de prendre en charge 2.225 euros sur le budget du projet Spatule de Nair en Mauritanie.

Grand merci à la FIBA !

Cela reduit le budget initial du projet de 4.900 euros à 2.675 euros à collecter. Avec les 180 euros déjà collectés à la date d'aujourd'hui, il reste encor 2.495 euros à récolter : dépêchez-vous !!!

24.10.2012 ›

Chers amis d'Ecofund, nous avons une superbe nouvelle pour vous et pour la Spatule de Nair :

Notre écopartenaire, la FIBA, a décidé de prendre en charge 2.225 euros sur le budget du projet. Grand merci à la FIBA !

Cela reduit le budget initial du projet de 4.900 euros à 2.675 euros à collecter. Avec les 180 euros déjà collectés à la date d'aujourd'hui, il reste encor 2.495 euros à récolter : dépêchez-vous !!!

08.10.2012 › Spatules de Nair, Mauritanie

Ahmedou, notre champion mauritanien du projet Spatules de Nair, a contribué au camp de vacances "Khaimaazrakh" qui a eu lieu du 3 au 11 septembre 2012 à Iwik. Ce camp de vacances a rassemblé 10 enfants des écoles du Parc National du Banc d’Arguin, qui ont suivi durant la dernière année scolaire des activités de sensibilisation « à la découverte des paysage du PNBA ».

Les enfants ont participé à différentes activités telles que : une formation en photo-reportage tout au long du séjour, des séances d’observation ornithologique, une initiation à la pêche à la ligne, des cours de dessin du paysage, une session de ramassage de déchets, la découverte de l’île de Nair…

Dans ce cadre, Ahmedou et les différents formateurs présents, ont accompagné les enfants sur l’ïle de Nair pour les sensibiliser aux enjeux du changement climatique et à la montée des eaux qui nuisent à la reproduction de la colonie des spatules sur l’île. Les enfants, à travers le support photographique, ont rendu compte de la situation et de la problématique abordée. Les enfants découvraient pour la première fois cette île qui est l’un des hauts lieu où nichent l’une des espèces les plus emblématique du PNBA.

07.10.2012 ›

Ahmedou a contribué au camp de vacances qui a eu lieu du 3 au 11 septembre 2012 à Iwik. Ce camp de vacances a rassemblé 10 enfants des écoles du Parc National du Banc d’Arguin, qui ont suivi durant la dernière année scolaire des activités de sensibilisation « à la découverte des paysage du PNBA ».

Les enfants ont participé à différentes activités telles que : une formation en photo-reportage tout au long du séjour, des séances d’observation ornithologique, une initiation à la pêche à la ligne, des cours de dessin du paysage, une session de ramassage de déchets, la découverte de l’île de Nair…

Dans ce cadre, Ahmedou et les différents formateurs présents, ont accompagné les enfants sur l’ïle de Nair pour les sensibiliser aux enjeux du changement climatique et à la montée des eaux qui nuisent à la reproduction de la colonie des spatules sur l’île. Les enfants, à travers le support photographique, ont rendu compte de la situation et de la problématique abordée. Les enfants découvraient pour la première fois cette île qui est l’un des hauts lieu où nichent l’une des espèces les plus emblématique du PNBA.